samedi 22 décembre 2012

Que deviennent les Grandes Tables de Tradition: L'Ecrevisse... à Brumath

Une bien mauvaise nouvelle nous vient de Brumath: Le Restaurant de l'Ecrevisse, Hôtel-Restaurant de la famille Orth a fermé ses portes.
Une histoire familiale qui se termine...
Nous y étions passé plusieurs fois et récemment le 10 mars 2012 et en avions parlé ici:
http://lerestodusamedi.blogspot.fr/2012/03/lecrevisse-brumath-cest-le-bouquet.html

En espérant que cette table de tradition trouve un repreneur qui garde le niveau de qualité précédent, de même pour les prix.

Le restaurant Poêle de Carottes à la Petite France à Strasbourg, dont nous avons annoncé la fermeture le 25 juillet s'est transformé en Black Angus. Du végétarien à la viande rouge, un grand écart !

Au chapitre des restaurants qui ont muté ou ont eu une renaissance, nous vous renvoyons à nos deux visites de la fin de l'année  2011:
Le Heilig Grab - Saint Sépulcre ici:
http://lerestodusamedi.blogspot.fr/2011/12/le-saint-sepulcre-le-phoenix-renait-de.html

Et Marmit et Co où Hervé Paulus a opéré une mue bistronomique là:
http://lerestodusamedi.blogspot.fr/2011/12/marmites-ko-landser-herve-paulus.html

Bon appétit

Le Resto du Samedi


samedi 15 décembre 2012

Le Louis XIII à Strasbourg - une table de tradition

Vous l'avez peut-être connue avec sa terrasse sur la route de Colmar, mais cela date un peu: plus de 20 ans, quand le tram est arrivé route de Colmar à Strasbourg. Maintenant, à l'arrêt Krimmeri, autrefois Pont Suchard, au Poste 4 de la ligne Strasbourg Kehl, vous pouvez y aller en transport en commun.

Il n'y a donc plus la terrasse, mais l’intérieur est resté simple et traditionnel avec quelques gravures en noir et blanc ou en couleur de Max Kaminski, et le Stammtisch du Crédit Mutuel dans un coin.

On voit que c'est un repaire d'habitués, mais osez pousser la porte, vous y serez bien accueillis par Anny Ulrich ou sa charmante serveuse de couleur. Installez-vous tranquillement et osez prendre un verre de champagne - le Picard au verre, avec son goût frais d'agrume ou le Ruinart à la bouteille.

Laissez-vous tenter par le menu complet à 36 Euros avec quelques suppléments selon les plats: + 4 Euros pour les huitres, + 3 pour le homard, mais la qualité des produits le valent. un Menettou-Salon "La Tour Saint-Martin" d'Albane et Bretrand Minchin apportent à ces plats un fruité qui leur va bien.

Médaillon de Homard - Louis XIII Strasbourg @lrds

 Commencez donc justement par 6 Huitres Fines de Claire Marenne d'Oléron N°3 ou découvrez le Carpaccio de Saint Jacques mariné, roquette, râpée de fenouil et tomates confites, un délice de goût.

Pavé de Biche - Louis XIII Strasbourg @lrds

Continuez avec, au choix, le médaillon de homard et ses fetucccinis fraîches et sa crème homardine, vous m'en direz des nouvelles.
Comme c'est encore la saison de la chasse - les menus, tout en gardant quelques constantes, changent chaque semaine - vous pouvez opter pour un pavé de biche, rosé et délicieux, avec du choix rouge confit aux pommes et des spaetzles maison. Jérôme Somma qui officie en cuisine saura vous satisfaire. Un verre de  Gigondas apporte à la viande et à sa sauce bien dense une touche de force bienvenue.


Assiette Plaisir Chocolat - Louis XIII Strasbourg @lrds

Si vous avez pris le menu, vous aurez le choix entre 7 desserts, dont la trilogie de crème brûlée, l'Ananas rôti au caramel, glace au caramel-beurre salé, traditions de la maison semble-t-il, les oranges à orientales, au gingembre confit et son sorbet ou encore L’Assiette plaisir: chocolat noir ébène, mousse, fondant, profiteroles, à se damner... de plaisir.

Bon appétit

Le Resto du Samedi

Restaurant Louis XIII
133 avenue de Colmar
67100 Strasbourg
Tel : 03 88 34 34 28
http://louis13.fr/index.html

samedi 8 décembre 2012

Les restos de Noël en dehors de Strasbourg

Je ¨vous avais fait une série de recommandations pour bien manger à Strasbourg pendant le Marché de Noël  le 24 novembre et vous avez le choix de la découverte.

Si l'envie vous en prend d'aller à la campagne pour diverses raisons, je vais vous donner quelques pistes de bonnes adresses, mais pensez quand même à réserver, même à la campagne.

Pour nous cela a été le cas lorsque l'envie nous a pris de retourner au Moulin de la Wantzenau: complet
Nous y étions l'année dernière et leur succès (et leur qualité) ne se dément pas:
http://lerestodusamedi.blogspot.fr/2011/12/le-moulin-de-la-wantzenau-philippe.html

Nous avons donc poussé un peu plus loin, vers Reichstett, Aux Petits Oignons, où la même équipe féminine que l'année dernière est toujours à l'oeuvre, et nous a gâtés, entre le dos de bar, sauce aux crustacé, l'entrecôte "Simmenthal", sauce aux morilles ou les coquilles Saint-Jacques, des plats tous préparés avec le savoir-faire de Géraldine Ruhl.
Les desserts - fondant au chocolat ou miroir de mousse au chocolat sont délicieux de goût. Un bonne raison d'y retourner.
http://lerestodusamedi.blogspot.fr/2012/06/aux-petits-oignons-trois-femmes-bien.html

Si vous avez envie d'aller un peu plus loin de Strasbourg, le Kochersberg vous attends à deux pas, vous avez le choix entre autres d'aller à  Ittlenheim ou à Willgotheim.

Chez Marie-Hélène, dans sa ferme, vous pouvez même dormir si vous voulez vous retrouver à la campagne. Profitez-en pour déguster de bon petit plats de la campagne. Ci-dessous notre compte-rendu du 21 septembre 2011 :
http://lerestodusamedi.blogspot.fr/2011/09/la-ferme-de-marie-helene-ittlenheim-une.html


Chez Jean-Paul Bossée - où vous pouvez également dormir , si vous avez réservé, vous apprécierez la superbe cuisine et Isabelle qui vous accueillera avec son sourire aura sûrement décoré avec grâce cette vieille maison alsacienne.
Pour mémoire, notre rubrique du 2 octobre 2011:
http://lerestodusamedi.blogspot.fr/2011/10/la-cour-de-lise-willgottheim-cote-cour.html

Bon Appétit

Le Resto du Samedi

samedi 24 novembre 2012

Marché de Noël de Strasbourg: C'est parti, mais où manger?

Le Marché de Noël de Strasbourg est lancé. 
Le premier Week-End a été une réussite et le cap des deux millions de visiteurs sera sûrement touché.
Strasbourg le mérite, même si en tant qu'habitant, la qualité de vie, de calme et de confort sera un peu mise à mal.
Mais pour les Strasbourgeois, une retraite dans la campagne ou à la montagne toute proche, du côté français ou allemand - et l'Allemagne n'est pas en reste de très bons restaurants de qualité en Forêt-Noire, ne serait-ce que du côté de Baiersbronn et Tonbach -  peut aussi être l'occasion de découvrir de nouveaux coins très sympathiques et des bistrots de qualité loin de la foule.

Pour les visiteurs d'un jour ou d'un soir (ou même de plusieurs jours), la tâche va être dure de trouver le "bon" restaurant où, pour un prix raisonnable, l'on pourra découvrir la gastronomie, traditionnelle ou inventive de notre ville ou de notre région.

Pour vous aider, sans être exhaustif, nous vous renvoyons à notre "guide" du 11 décembre de l'année dernière, toujours d'actualité:

S'y rajoutent bien sûr quelques nouvelles tables..

Pour le haut de gamme, le 1741

Deux nouvelles Winstub,

La Table de Louise

et le tout récent  Meiselocker:

Pour rester dans le registre de la Winstub au nom d'oiseau, une table de tradition dont nous avons parlé en avril, le Fink'Stebbel:

et si vous ne craignez pas de quitter le centre ville, aller voir l'Homme Sauvage au début du Neudof (arrêt de tram Landsberg) dont nous avons parlé le 14 juillet:

Bon appétit et bonne visite à Strasbourg

Le Resto du Samedi





samedi 17 novembre 2012

Ober- ou Niedersteinbach ? Anthon ou Cheval Blanc ?

Il y a un an, nous avions présenté le restaurant Anthon à Obersteinbach.

La cuisine est délicieuse, inventive et très abordable. Pour en savoir davantage, rendez-vous sur notre page ici:
http://lerestodusamedi.blogspot.fr/2011/10/chez-anthon-obersteinbach-linsolite.html

Si vous voulez goûter une autre cuisine, plus "terroir" et familiale, et tout aussi abordable, arrêtez-vous au village de Niedersteinbach, juste avant, si vous venez de Lembach (vous savez, là où au Cheval Blanc, opère  Bastian). Un autre Cheval Blanc vous attend sur le bord de la route. Nous en avions un bon souvenir et voulions y retourner...
Nous l'avons fait et vous en parlerons bientôt...

En attendant, à vous de faire le choix entre Ober, Nieder et de miser sur le bon cheval !

Bon appétit

Le Resto du Samedi

samedi 10 novembre 2012

Bientôt Noël: Le Vieux Couvent a-t-il remis ses décorations?

L'année dernière, notre "coup de coeur" de fin d'année était pour le Vieux Couvent, grand restaurant dont on ne parle pas assez à notre avis.

Lors de notre passage, les Albrecht avaient déjà mis la décoration de Noël pour accueillir le gastronome. Et aussi à l'occasion d'un reportage de France 3 Alsace.

Nous y avons goûté une cuisine délicieuse et vous conseillons de faire le voyage à Rhinau, en passant le bac ou non...

J'espère que notre petit "rapport" circonstancié vous donnera l'envie:
http://lerestodusamedi.blogspot.fr/2011/11/le-vieux-couvent-rhinau-lherbier-deden.html

Bon Appétit

Le Resto du Samedi

samedi 3 novembre 2012

Il y a un an, Le Bistrot du Coin à Paris et le Relais de la Poste à La Wantzenau

Il y a un an déjà, nous vous proposions deux restaurant à votre choix.

A Paris, près de la Gare de Lyon, le Bistrot du Coin, toujours susceptible d'être honoré de votre visite. L'ambiance n'a pas changé.

Et du côté du nord de Strasbourg, pas loin, à La Wantzenau, Le Relais de La Poste avec à la cuisine Laurent Huguet et comme dynamique patronne Caroline Van Maenen, sacrée "Madame Commerce de France 2011". Ils valent bien votre visite.

Bon appétit

Le Resto du Samedi

dimanche 28 octobre 2012

Deux Auberges visitées il y a un an: Au sud, l'Ill, au nord La Poêle d'Or

Il y a un an, nous avions rendu compte de notre visite à un trois étoile d'Alsace : l'Auberge de l'Ill.

Dans le paysage alsacien, c'est une maison familiale qui tient la route de la qualité depuis des années et où il fait toujours bien d'y retourner. La cuisine des Haeberlin continue dans la tradition et invente également au fil du temps.
Je vous invite à la découvrir si ce n'est déjà fait, en tout cas, si notre rapport vous intéresse, c'est ici:
http://lerestodusamedi.blogspot.fr/2011/10/auberge-de-lill-le-bonheur-est-sur-les.html

Et si vous êtes au nord de l'Alsace, faites un tour à Lauterbourg, à l'Auberge de la Poêle d'Or, vous nous direz ce que la cuisine d'Yvan Bongeot-Minet est devenue.
Nous y étions aussi, il y a un an déjà:
http://lerestodusamedi.blogspot.fr/2011/10/auberge-la-poele-dor-se-regaler-des.html

Bon Appétit

Le Resto du Samedi

samedi 27 octobre 2012

Etoiles et neige sur Emmanuel Renaut à Megève

Il a eu sa troisième "étoile" au Michelin cette année, il vient de recevoir sa cinquième "toque" au Gault et Millau, Emmanuel Martin à Megève est un cuisinier couronné et heureux...
Nous aussi, nous l'étions cet été, quand nous avons eu le plaisir de déguster sa cuisine sur la terrasse de Flocon Village à Mégève. Le temps était agréable et la terrasse bien remplie dans cette rue calme à l'écart de la circulation des touristes du centre du village et des animations estivales. Un petit moment de bonheur gastronomique.

Flocon Village - Emmanuel Renaut - Megève - la Terrasse @lrds
Nous aurions aussi pu nous installer à l'intérieur, dans une des salles joliment et sobrement décorées, où Emmanuel Martin avait commencé son ascension, avant de s'installer avec Flocon de Sel au coeur de la montagne au bout d'un chemin qu'il faut trouver pour mériter les étoiles dans l'assiette et dans le ciel.

Flocon Village - Emmanuel Renaut - Megève  - la salle @lrds
Pour commencer les réjouissances, un apéritif "maison" au vin pétillant de Savoie parfumé aux noisettes nous met dans l'ambiance.

Flocon Village - Oeuf coulant croquant - Megève  @lrds
En entrée, un "oeuf coulant et croquant" dans sa sauce mondeuse, naturellement plein de goût nous ramène aux souvenirs d'enfance.

Flocon Village - Emmanuel Renaut - Filet de Féra @lrds
Pour continuer, un filet de Fera rôti accompagné d'un risotto citronné avec sa petite sauce au beurre blanc et une cuisse de volaille de Bresse confite en "paupiettte" avec sa jardinière de légumes ancestraux et de champignons sont un délice.

Flocon Village - Emmanuel Renaut - Megève  - Paupiette de volaille @lrds
Une Roussette de Savoie "Altesse" - 15 euros la demi-bouteille - de chez Jean-Noël Blard fait très bien l'affaire. Le cépage est un Tokay-Hergalia dont la légende voudrait qu'il ait été rapporté de Chypre en 1366 par Amédée VI.

Flocon Village - Crème brûlée au jasmin  @lrds
Pour terminer, une crème brûlée au jasmin et des glaces - fromage blanc, fleur de sureau et pistache - turbinées maison terminent ce repas sur une note très agréable.

Flocon Village - Megève - Glaces  @lrds
Les tarifs sont tout à fait abordables avec les formules* à 25 euros pour deux plats et 30 pour trois, de quoi donner envie, avec l'économie ainsi faite de monter aux étoiles. Aussitôt dit aussitôt fait. Nous partons en repérage route du Leutaz et découvrons un superbe chalet sous la voûte étoilé de juillet. A la prochaine...

Bon Appétit.

Le Resto du Samedi

* les prix ont changé sur la carte d'automne. Cela donne 27 Euros pour deux plats et 33 pour trois.


Bistrot "Flocons Village"
74, Rue Saint François
74120 MEGEVE
Tel: +33(0) 4 50 78 35 01

Hôtel-Restaurant "Flocons de Sel"
1775 Route du Leutaz
74120 MEGEVE
Tel: +33(0) 4 50 21 49 99
http://www.floconsdesel.com/

lundi 22 octobre 2012

Gault et Millau en Alsace: un Jeune Talent au Cygne et une 4ème toque au Chambard

Le palmarès du Gault et Millau 2013 est tombé.

Le seul restaurant en Alsace qui gagne une toque, sa quatrième, après avoir été Gault et Millau d'Or en 2009, c'est Olivier Nasti du Chambard à Kaysersberg.
Bravo à la famille Nasti qui offre une panorama complet dans la restauration, du restaurant gastronomique à la Winstub de qualité en passant par la Tarte Flambée revisitée avec Flamme & Co.

Un grand bravo à Emmanuel Renaut avec son Flocon de Sel à Megève pour sa cinquième toque bien méritée, après sa troisième étoile au Michelin.
Nous avions pu apprécier cet été la délicieuse cuisine du restaurant du Flocon Village sur l'agréable terrasse.

Le "Jeune Talent" alsacien de cette année, après Yannick Germain, l'année dernière - dont nous parlions pas plus tard que samedi - c'est Fabien Mengus, du Cygne à Gundershoffen, dont il avait officiellement repris les rênes fin de l'année dernière. Et le hasard a voulu que nous ayons également parlé d'un Cygne ce samedi, coïncidence heureuse.
Bon vent aux Mengus.

Et Bon appétit à vous.

Le Resto du Samedi.

samedi 20 octobre 2012

C'était il y a un an: Le Boeuf a été couronné, et le Cygne, que devient-il?

Il y a un an, nous parlions de deux auberges au décor traditionnel où nous étions passés:

Le Cygne à la Robertsau, alsacien à souhait et de qualité...

et l'Auberge du Boeuf à Sessenheim, avec son petit musée dédié au visiteur historique du village, Goethe.
Peu après notre passage, le jeune chef, Yannick Germain eut les honneurs du Gault et Millau et le Resto du samedi est dans la "revue de presse" du site du restaurant. Nous sommes curieux de voir ce qu'il est devenu, et vous ?

Tenez-nous au courant de vos impressions..

et Bon Appétit

Le Resto du Samedi

samedi 13 octobre 2012

Leur avez-vous rendu visite: Le Soufflet, le Bouquet Garni, L'Atelier du Sommelier

Il y a un an, quand nous avions mis en route ce blog gourmand, nous vous faisions découvrir quelques pépites à visiter.

Nous avons eu beaucoup de plaisir lors de notre passage dans ces restaurants et espérons que vous les avez découverts (grâce à nous?) depuis.
Si ce n'est le cas, allez-y et faites-nous part de vos remarques (comme Fabrice Kutz pour la Diligence dont nous avons parlé le 20 juin: "Excellent restaurant, Accueil chaleureux, ... J'ai adoré mon burger sicilien....).

Il s'agit de trois restaurant dont on ne parle pas assez, l'un à Niederbronn, l’Atelier du Sommelier dont nous avons parlé en septembre 2011, superbe découverte.
L'autre,  pas loin, à Gundershoffen, le Soufflet dont nous avons parlé le 13 octobre - il y a un an exactement, et où vous pourrez déguster actuellement la chasse et de l'autruche.
Enfin, tout au début de Neudorf, le Bouquet Garni, un discret restaurant qui revisite avec succès les grands classiques, chroniqué le samedi 8 octobre 2011.

Belles découvertes et Bon appétit

Le Resto du Samedi

lundi 8 octobre 2012

Le "Pudlo" nouveau est arrivé

Le guide Pudlowski Alsace, guide très attendu des restaurants en Alsace vient de sortir...
Son auteur bien connu des lecteurs des DNA - Dernières Nouvelles d'Alsace - qui arrive presque à faire la pluie et le beau temps en Alsace, au moins dans les restaurants qu'il visite, vient de publier son guide 2013.

La présentation a eu lieu au Clos de La Garenne, sur les hauteurs de Saverne, en hommage à son chef, Sébastien Schmitt, élu "jeune chef de l'Année", de même que Yannick Germain, de l'Auberge au Boeuf à Sessenheim.

Vous en avez quelques images du reportage de France3 Alsace:


Guides : le "Pudlo" nouveau est arrivé ! par France3Alsace

Félicitations aux deux chefs, et une mention à Yannick Germain, déjà repéré par le guide Gault et Millau, dont nous avions parlé il y a un an, le 7 novembre: http://lerestodusamedi.blogspot.fr/2011/11/gault-et-milllau-2011-le-palmares.html

 Parmi les heureux "élus" du guide, notons la mention "évènement de l'année" pour le 1741 (voir notre post du 20 mai) avec au piano Thierry Schwartz et à la barre Cédric Moulot qui pilote également le Tire-Bouchon (post de rattrapage du 11 août 2012) et le très récent Meiselocker (voir les premières images dans notre post de samedi).

Notons encore "La Poste" à Riedisheim, à revisiter, le Cheval Blanc à Niedersteinbach, très bon souvenir  non publié, et la winstub du Cheval Blanc voisin, la "Rosselstub" des Bastian à Lembach, qui a la palme de la Winstub (nous avion reparlé du restaurant - rénové récemment paraît-il il y a une semaine).

Autres restaurants à découvrir ou redécouvrir, "Le Bistrot du Boulanger" à Strasbourg, "bistrot de l'année" et "L'Ecluse 16" à Altschwilller", "meilleur rapport qualité/prix" (de France?)....

Que de belles tables à explorer...

Vous avez une liste complète des lauréats sur les sites de Julien Bintz, ici:
http://www.julienbinz.com/Jean-Marc-Kieny-est-le-chef-de-l-annee-du-PUDLO-Alsace-2013_a3293.html
et de Flore-Lise Mbella:
Goûts d'Alsace :http://www.goutsdalsace.fr/

Alors.... Bon appétit

Le Resto du Samedi

samedi 6 octobre 2012

Le Meiselocker à Strasbourg: un début prometteur

Le resto du Samedi était au Meiselocker juste après l'ouverture.
Nous l'avons testé, avons apprécié l’accueil et la cuisine et attendons que cela se rode un peu pour y retourner. En tout cas nous n'y étions pas seul et le succès semble assuré.
Bonne continuation...
...En attendant quelques images:

Le Meiselocker - Strasbourg - La salle @lrds

Meiselocker - Oeuf en cocotte @lrds

Meiselocker - Cordon bleu @lrds
Et bon appétit.

Le resto du samedi

Le Meiselocker
39 rue des Frères
67000 Strasbourg
http://meiselocker.fr/

Retour en 2011: La Cour de Lise et la Vieille Tour

Il y a un an, nous avions rendu visite aux restaurant "La Vieille Tour" à Sélestat et à la "Cour de Lise", un de nos coup de coeur.

Nous vous invitons à les découvrir, ils en valent encore la peine si ce n'est déjà fait - si c'est fait, retournez-y...

Bon Appétit

Le Resto du Samedi

samedi 29 septembre 2012

Un an déjà... Le Cheval Blanc à Lembach

Il y a un peu plus d'un an nous commencions nos chroniques gastronomiques.

Le premier dont nous avions parlé, Pascal Bastian, au Cheval Blanc à Lembach a tenu ses promesses et nous vous invitons à lui rendre visite pour découvrir s abonne et belle cuisine.

La page pour le retrouver est ici: http://lerestodusamedi.blogspot.fr/2011/10/le-cheval-blanc-lembach-une-etape.html

Bon appétit.

Le Resto du Samedi

lundi 24 septembre 2012

Bruno Sohn: le retour de l'Enfant Prodigue

On l'avait connu au Foyer des Pêcheurs à Illkirch (étoilé en 1992) puis à la Table de Bruno à Obernai (également une étoile) avant qu'il ne s’envole vers Hong-Kong en l'an 2000.

Le voilà de retour en Alsace où on l'annonce (cf DNA du 23/09/2012) place du Corbeau où il reprend le Romarin pour fonder un restaurant qui lui ressemble: "Quai Sud".

Nous attendons l'ouverture avec impatience pour savoir ce qu'est devenu cet "enfant terrible" de la gastronomie locale et s'il nous surprendra toujours autant...

En tout cas, bon vent à lui...

Le Resto du Samedi

vendredi 21 septembre 2012

Nouveau Resto à Strasbourg: Le Meiselocker, le bien nommé

Certains restaurants ferment, d'autres ouvrent...

Le petit dernier à qui l'on souhaite bonne chance, c'est le Meiselocker, au 39 rue des Frères, petit dernier de la galaxie de Cédric Moulot, version Winstub.
Nous sommes impatient d'en goûter la cuisine et le bon accueil qu'on attend d'un établissement de la galaxie C.M.
Et bravo d'avoir choisi le nom en  alsacien qui qualifie le Strasbourgeois typique.
La culture et la tradition nous permettent de construire l'avenir.

Bon appétit

Le Resto du Samedi.

Meiselocker
39 rue des Frères
67000 Strasbourg

P.S. Nous y étions, c'est bien mais encore en rodage, en savoir plus c'est ici:
http://lerestodusamedi.blogspot.fr/2012/10/le-meiselocker-strasbourg-un-debut.html

mercredi 19 septembre 2012

Tous au Resto

Tous au Resto... Il y a un an nous y étions...

A la Ferme de Marie-Hélène, qui cette année encore participe à l'opération "Tous au restaurant"
Le compte-rendu est ici:
http://lerestodusamedi.blogspot.fr/2011/09/la-ferme-de-marie-helene-ittlenheim-une.html

Si vous aussi vous voulez en profiter, réservez, vous venez à deux pour déguster le menu proposé, et vous n'en payez qu'un !

A vous de trouver votre bonheur... au resto !

Bon Appétit

Le Resto du Samedi

samedi 8 septembre 2012

Le Resto du samedi fête son anniversaire (la suite)

Il y a un an naissait sur le web notre page hebdomadaire dédiée aux sorties au restaurant.

L'objectif était de partager nos plaisirs et nos découvertes - et il y en eut....

Lors de ces 52 semaines, nous avons posté 108 commentaires, visité des restaurants étoilés ou non et essayé de vous faire découvrir l'endroit où vous pouvez manger si l'envie vous prend.
Nous avons aussi fait part de nos remarques sur les points qui nous déplaisaient, que ce soit au niveau du cadre, de l'accueil, de la cuisine, des vins ou des prix, non pas pour dire du mal, mais alerter les responsables concernés sur les aspects qu'ils pourraient améliorer pour encore mieux vous accueillir et vous servir.
Ce travail nous l'avons fait en amateur (comme celui qui aime ce qu'il fait), mais avec le plus d'objectivité possible et chacun d'entre vous peut y mettre sa grille de lecture - les goûts et les choix sont variés et chacun est capable de faire son propre choix - l'éclairage d'un avis n'est que "consultatif". Cependant nous avons essayé d'être le plus précis et juste possible pour d'abord informer. Vous informer...

Cette information, depuis un an, a permis à plus de 22.000 lecteurs de trouver l'information qu'ils cherchaient sur internet.

Depuis le début de l'année nous avons également publié un palmarès (mensuel et général) pour vous donner les grandes tendances de l'intérêt des internautes sur nos pages, ainsi que nos "coups de coeur".
Voici le dernier:

Pour cet été (juillet-août), nous trouvons un belle entrée au palmarès, avec prise de la première place pour:

1. L'Homme Sauvage à Strasbourg Neudorf - notre commentaire ici: http://lerestodusamedi.blogspot.fr/2012/07/lhomme-sauvage-neudorf-grande-mutation.html

2. La Cantine à Plume qui a dépassé le millier de visites:
http://lerestodusamedi.blogspot.fr/2012/03/la-cantine-plumes-pas-de-plat-du-jour.html

3. L'American Stuebel, très recherché (plus de 500 visites) que nous n'avons toujours pas réussi à tester:
http://lerestodusamedi.blogspot.fr/2012/06/un-nouveau-resto-strasbourg-lamerican.html

4. Le Coq Rico, d'Antoine Westermann, toujours d'actualité avec ses superbes poulets:
http://lerestodusamedi.blogspot.fr/2012/01/le-coq-rico-une-poule-aux-oeufs-dor_24.html

5. La Diligence à Lingolsheim qui vient d'ouvrir en juin:
http://lerestodusamedi.blogspot.fr/2012/06/la-diligence-lingolsheim-lempire-des.html

6. Le 1741, toujours bien suivi depuis mai:
http://lerestodusamedi.blogspot.fr/2012/05/1741-revolution-de-palais-pour-une.html

Le Bazar de Stef, Lucullus et l'Arbre Vert à Weyersheim et les Pains Westermann ont aussi eu droit aux visites estivales.

Pour le palmarès général,
Le 1741 arrive en tête
Suivi du Coq Rico avec plus de 1500 visites
Et de La Cantine à Plumes qui a dépassé les 1000 visites.
Les  3 suivants - dont l'American Stuebbel dont nous avons parlé plus haut, ainsi que l'Etoile des Neiges, Le Gourmet à Marmoutier, le Bazar de Steff - ont dépassé les 300 vues et ce qui est superbe, et justifie ces pages, c'est que tous les jours, presque chaque pages consacrée à un restaurant de notre blog gourmand est visités au moins une  ou deux fois, sinon plus.
Nous vous l'avions dit, plus de 22.000 pages vues (200 en septembre 2011, mais une centaine par jour depuis mai 2012) montrent le succès de notre blog.

Pour le "coup de coeur", en clin d'oeil à la période estivale et à Gille Pudlowski qui l'a approché du côté de Lausanne, nous vous indiquons "Le Milieu du Monde" à Pompaple. Nous n'oublions pas en Alsace La Cour de Lise ou Le Vieux Couvent ainsi que le Crocodile et le Burehiesel à Strasbourg et, à Paris notre préféré, en plus du Coq Rico, Saveur et Coïncidences. Cette liste n'est pas exhaustive et en vous invitant à visiter le sommaire sur le bord droit de la page et à naviguer de restaurant en restaurant, nous vous conseillons de rendre visite à Ralph à Goxwiller Aux Trois Clés pour une tarte flambée ou la suggestion du jour et la gentillesse de l'accueil trois étoile....

A toute bonne nouvelle, sa part négative: La publication de ces chroniques est chronophage et  les vacances avec plus de 20 établissements visités, dont nous aurions envie de partager la découverte, nous ont posé un grand dilemme et nous amènent a ouvrir la parenthèse de rentrée annoncée dans le titre - (la suite):
- Comment continuer à vous informer et partager notre plaisir culinaire?

Nous espérons trouver une réponse rapide et vous disons à bientôt et ...

Bon Appétit

Le Resto du Samedi


TOUS AU RESTAURANT

C'est un appel à la gourmandise et à la découverte culinaire...

Comme chaque année, les grands chefs et les restaurant bien sympathiques un peu partout en France se plient en deux pour vous faire découvrir leur cuisine.

Alors, tenez-le vous pour dit: Vous y allez à deux et pouvez inviter l'élu de votre choix.
Parce que pour un menu proposé, l'établissement vous en offre le deuxième.

Alors, n'hésitez pas à réserver - les places sont rares - pour ne pas dire chères...

C'est ici:
http://www.tousaurestaurant.com/fr/

Et bon appétit

Le Resto du Samedi

samedi 1 septembre 2012

"Le Cygne" à Geudertheim: une bonne flambée

Tout près de Brumath et de Weyersheim, le village de Geudertheim abrite une institution de la tarte flambée et des soirées de sorties familiales: la grange du Cygne, vaste salle, spacieuse et claire, ancienne annexe aux poutres apparente, vielle charpente surhaussée, banquettes de bois et tables à l'ancienne avec jolies nappes soignées.
Un cadre très original, où l'ambiance reste feutrée malgré  le petit monde d'habitués nombreux qui vient ici passer du bon temps avec pour valeur sûre la tarte flambée et les mets traditionnels alsaciens.
Flambées au feu de bois, bien saisies, pâte fine, lardons coupés en allumettes fumées, crème et fromage blanc, oignons en tranches rissollés. Avec munster, gratinées ou aux pommes, elles sont les stars du restaurant et défilent tambour battant sous les pas empressés des deux jeunes patrons de la maison.
Sourires et efficacité d'un service rodé pour satisfaire les appétits de chaque groupe, ou couples réfugiés dans ces belles alcôves de bois.
Le reste des mets est traditionnel: salades de foie de volailles au vinaigre, wadele, bibeleskase, cordon bleu de veau ou escalope de veau, tout est bon et largement servi, les frites débordent des plats et la fraîcheur des produits est gage de sérieux et de respect du client.
Salade du chef, salade du pêcheur, quenelles de foie "Lewerknepfle" pommes sautées, salade verte ou le faux-filet sauce au choix sont aussi de bons plans. 
On remarque aussi la crème brûlée du moment, le Pruneaux cuit au vin chaud et sa glace cannelle ou le Sorbet pamplemousse arrosé au Crémant.... Que du bon en feuilletant la carte pour patienter. 
Crémant à l'aspérule, bonne bière de la Licorne, vin blanc d'Alsace en pichet de chez Adam: du sérieux et de l'authentique pour une soirée de dimanche à la campagne, une belle fin de journée. La terrasse dressée pour les beaux jours dans ce joli village méconnu avec de belles demeures aux colombages classés, un moulin au bord de la Zorn: histoire d'une promenade digestive après la dernière touche des desserts: les œufs à la neige en îles flottantes et les profiteroles maison. Les coupes glacées à la Bailey, garnies de chantilly sont autant de sources de gourmandise et notre "Cygne" ne désemplit pas.
A fréquenter assidument pour ne pas déroger à la bonne coutume des petits plats du dimanche soir.
Encore un petit signe en passant pour ne pas négliger cette excellente adresse champêtre.

Bon Appétit.

Le Resto du Samedi.


Le Cygne
80 rue du Général de Gaulle
67170 Geudertheim
03 8864 70 65
www.restaurant-au-cygne.net

samedi 25 août 2012

Au Joyeux Pêcheur: jetez-y l'ancre: quelle bonne pêche miraculeuse!

En ce temps de vacances, nous profitons de publier quelques notes de visites qui étaient un peu en attente....

Celle-ci date de la saison des asperges, mais n'ayez peur, c'est bon tout le temps et les asperges reviennent bientôt !
A la Robertsau, à Strasbourg, tout près du quartier européen, sur la route de la Wantzenau, arrêtez-vous et poussez la porte de cette demeure anodine, à la belle enseigne peinte sur la façade: prometteuse!
"Au joyeux pêcheur". "Pêcheur" d'aprécier la bonne chère ou pêcheur de tartes flambées, cuites au feu de bois et qui parfument tout le quartier d'une odeur de petits lardons bien cuits?
 Jugez-en par la petite foule animée qui peuple les deux salles, style alsacien courant, bondées d'habitués, pourtant un jeudi soir de semaine.
A la carte, entrées traditionnelles: jolie farandole de salades mixtes, alsaciennes.Des escalopes de veau à gogo et du boeuf joliment accompagné de frites bien dorées. Les tartes flambées font recette: très larges, faites pour le partage et la convivialité, servies avec dextérité et vivacité par deux jeunes femmes en salle dont la brillante Jessica, efficace et souriante, palliant à toute attente par de petites bribes de conversation de circonstances. Au feu de bois, gratinées champignons, munster, on peut s'en faire servir par demie (3, 50 Euros) histoire de les manger toujours chaudes et craquantes.
 Le chef, Raymond Lobstein est le spécialiste de la flambée au Munster, la pâte bien imbibée des tranches fines de fromage fermier fondant. Le verre de Gewurztraminer (3,50 Euros) est une aubaine, rond en bouche, la pichet d'Edelzwicker de chez Becker à Zellenberg, une merveille.
Que demander d'autre que le dessert classique: le kougelhof glacé au marc de gewurtz avec une génoise gorgée de saveurs alcoolisées, crémeux et onctueux. Une glace praliné artisanale avec sauce chocolat maison en saucière (1,50 euros la boule).
La maison du bonheur? Certes l'adresse est connue et en ces temps d'asperges, goutez le feuilleté de schreik aux asperges et autres suggestions du moment affichées à l'ardoise.
Et pour cet été, une terrasse dans le jardin pour déguster une cuisine servie jusqu'à 23H30 tous les jours. Une joyeuse ambiance au programme.

Bon Appétit.

Le Resto du Samedi.

Au Joyeux Pêcheur
50 route de la Wantzenau
67000 STRASBOURG
Tél. 03 88 31 00 04

samedi 18 août 2012

S'Wacke-Hiesel: la belle oubliée à Strasbourg

En ce temps de vacances, petit ratrappage de chroniques, en attendant le retour du boudin...
Place de la Foire du Wacken à Strasbourg, seule au milieu d'un mo'mans'land, au bord de la Zorn, se réfugie une adorable maison de contes de fées.
Alsacienne en diable, avec terrasse et balcon de bois, toilettes à l'extérieur, on dirait une cabane de pêcheurs isolée, perdue et peut-être encore ignorée. Discrète, mais chargée d'histoire et ancien fief de Tomi Ungerer, le voisin de la rue J.J.Rousseau.

S'Wacke Hiesel @lrds

La demeure abrite une cuisine traditionnelle de caractère et ce soir-là les propositions sont alléchantes: boudin grillé aux pommes, tagliatelle au saumon, onglet de bœuf.à l'échalote. Le waedele, les rognons, le bibelskaes sont au chapitre des plats traditionnels. On déniche aussi le cordon bleu de volaille au munster, celui de la mer, les ravioles de saumon (tarifés 16 Euros) et une quiche lorraine fondante et parfumée aux lardons généreux, salades mêlées qui est parfaite. Le boudin, assaisonné de muscade est grillé à souhait, onctueux, fondant, la peau craquante et ses pommes de terre bien saisies. Un verre de crémant (4,50 Euros), un verre de muscat (4,50 E) en apéritif pour patienter dans ce bel écrin alsacien avec cheminée et chaises en bois sculptées, nappes à carreaux et tout ce qu'il faut pour être très "hansi" et c'est le début d'une belle soirée.

S'Wacke Hiesel - Boudin aux pommes @lrds

Le dessert du jour, une tarte aux quetsches est un peu "molle" et la crème un peu compacte... Mais pour 4,50 Euros ainsi que les autres plats tarifés très doux - 7,50 la quiche, 15 euros le boudin et le vin à prix très honnête - que demander de plus?
Un moelleux au chocolat, un crumble aux fruits, une crème brûlée comme suggestions de desserts sont encore à évoquer pour donner la teinte de ce charmant restaurant, guinguette du Tivoli.

Le sourire de l'accueil et le calme ambiant font de cette petite institution, une belle oubliée à réveiller dans le souvenir des amateurs de bonne cuisine sage et respectueuse de la tradition.

Bon Appétit.

Le Resto du Samedi.

S'Wacke-Hiesel
Place de la Foire
67000 Strasbourg
03 88 36 64 75
www.swake-hiesel.fr

samedi 11 août 2012

"Le Tire-Bouchon":un cadre de choix pour connaisseurs!

Séance de rattrapage de chronique estivale en attendant d'en reprofiter à la rentrée...

Le Tire-bouchon, niché tout près de la cathédrale, entre la rue des Maroquins et la ruelle des Tailleurs de pierre est bien "La plus petite des grandes tables de Strasbourg" et invite à savourer de succulentes spécialités régionales.
La demeure, sur trois étages offre un cadre idyllique pour des repas conviviaux; les salles et salons privatifs sont une aubaine pour découvrir les secrets de la tradition culinaire alsacienne.
La salle Weisbuch, le nom du peintre des musiciens est un petit écrin de tranquilité au design soigné, la salle "Dorette Muller", un havre de paix, comme une alcôve, calme où règne la sérénité et les dessins de l'artiste trop méconnue renaissent ainsi de l'oubli.
Un cadre de choix pour une cuisine irréprochable qui attire bien des connaisseurs. On grimpe les escaliers, comme le fait le service, pour accéder à ces petits paradis, perchés dans cette maison légendaire. Au rez-de-chaussée, les fresques de Léon Schnug dessinent encore l'histoire de la région et de ses us et coutumes.
On vient ici aussi pour la cave à vins et la terrasse estivale.
Les entrées "en matière" sont nombreuses à la carte et frisent la belle tradition revisitée. La tarte à l'oignon par exemple, copieuse, riche en lardons coupés larges, en oignons émincés et frits est un régal.
Il en va de même des mets qui affichent une présentation dans de belles cocottes Staub et sur assiettes façonnées avec soin. La nombreuse clientèle qui se presse ici n'a pas fait de l'établissement une usine négligeant in fine le plaisir du client.
Choucroute, « Baeckeoffe », jambonneau rôti au munster, joues de porc braisées avec pommes de terre craquantes et dorées, tout respire ici le bon produit traité avec soin.
Le cordon bleu de veau au munster est une belle occasion d'aborder les plats de résistance: bonne consistance et côté rabelaisien de la cuisine servie généreusement.
Le service a de l'allant et de jolis tabliers brodés font de cette petite armée alerte, un corps au bruissement sympathique et aimable.
En dessert,avec le Kougelhopf glacé ou la tarte au fromage blanc, les parfums de glace originaux laissez-vous tenter par les spécialités du chef, Jacques Becker qui allie inventivité et respect de la cuisine locale. Maître restaurateur depuis mars 2011, le chef et son équipe vous garantissent une cuisine élaborée sur place avec des produits de qualité. En plus de la carte les tableaux de suggestions suivent les saisons et son marché. Ici, tout invite à la gourmandise...

Alors ne pas se priver de fréquenter entre amis  un lieu chargé d'histoires et de fragrances originales, le tout arrosé de bons crus d'Alsace servis en jolis pichets de Betschdorf.
Le Tire-Bouchon est un petit musée, boiseries à l'appui, recoins cosy, banquettes, nappes et rideaux pour le décor et le souvenir d'une belle soirée demeure dans les mémoires d'une clientèle d'habitués, autant que de "passants", touristes d'un soir qui emporteront un souvenir authentique du pays d'Alsace.

Bon Appétit.

Le Resto du Samedi.

Le Tire-Bouchon
7 rue du Maroquin
67000 Strasbourg
Tél. 03 88 22 16 32

samedi 4 août 2012

l'Amphitryon à Paris: l'accueil de Lucullus

Le patron vous accueille derrière son joli bar, où d'ailleurs les vins servis au verre ou à la bouteille sont de belles trouvailles: goûtez le Gewurztraminer.

L'Amphitryon - Paris - Foie Gras @lrds

Tables nappées de blanc, grands miroirs ornés de dorures, appliques murales rappelant l’univers du théâtre et grand lustre en cuivre: c’est dans un décor épuré et raffiné que vous accueille ce restaurant. A la fois convivial et intimiste, le lieu se prête à toutes les occasions, du dîner romantique à deux au repas de groupe en passant par le déjeuner d’affaire.

L'Amphitryon - Paris - Souris d'agneau @lrds
Côté cuisine, la carte, qui varie selon les saisons, fait la part belle aux spécialités françaises avec un large choix de plats élaborés avec des produits frais : salades, grillades, poissons sont à déguster. Que ce soit pour les légumes, les fruits ou le pain, le restaurant met un point d’honneur à favoriser les produits issus de l’agriculture biologique.

L'Amphitryon - Paris - Filet de Lotte @lrds

La formule entrée-plat ou plat et dessert est une aubaine: on y goûte un beau foie gras coulis de figue ou une soupe à l'oignon, fromage fondant et riche en goût.

L'Amphitryon - Paris - Saint Jacques @lrds

L'escalope de veau panée, purée façon grand-mère, la souris d'agneau, les saint-jacques ratatouille aux petits dés de légumes croquants, les filets de lotte bien aromatisés, et voilà le bonheur dans l'assiette.

L'Amphitryon - Paris - Paris Brest @lrds

Le tout généreusement servis avec empressement. Côté desserts, le fameux et légendaire Paris Brest est bien à la crème pralinée, la pâte un peu molle cependant.

L'Amphitryon - Paris - Fondant Chocolat @lrds

Le fondant ganache chocolat, relevé avec une épice exotique atteste du talent de la pâtissière japonaise qui travaille ces mets.

Une formule disponible midi et soir propose une cuisine plus inventive qui comblera tous les gourmets. Les amateurs de plats créatifs apprécieront également les pâtisseries d’inspiration japonaise proposées à la carte.
C'est le patron lui-même qui imagine les plats avec un bel enthousiasme et cet établissement discret à côté du théâtre de Paris, rue Blanche sert tard et avec le sourire.
Situé à côté du Théâtre de Paris, le restaurant L’Amphitryon a ouvert ses portes en janvier 2011.
Bon départ... et bonne continuation !

Bon Appétit.

Le Resto du Samedi.

L'Amphitryon
11 Bis rue Blanche
75009 PARIS
01 44 91 95 96
restaurantamphitryon@gmail.com

samedi 28 juillet 2012

Auberge du Grenadier à Markolsheim: erreur de tir à corriger

Markolsheim, petite bourgade tranquille proche de Sélestat dans le Ried du Sud abrite un restaurant paisible où les habitués ont plaisir à venir partager du bon temps: le "Grenadier" avec sa fresque au renard dérobant poules et lapins au clapier, petite terrasse et jolie salle.

Auberge du Grenadier - Marckolsheim @lrds

L'accueil est nouveau: Serge Léonhart succède depuis deux mois à l'ancien patron, Serge Kling mais le cuisinier de référence est resté, Georges Baptista.

Auberge du Grenadier - Marckolsheim - Ardoise @lrds

En salle, la grande ardoise au mur indique entrées, plats et l'on choisit selon son humeur: les tarifs sont doux (8-11 Euros pour les entrées, 15-17 Euros pour les plats).
La formule "Le Marché de l'Auberge" en trois plats à 24 Euros fait mouche.

Auberge du Grenadier - Marckolsheim - la salle @lrds

Sous les grosses poutres apparentes, de jolies tables nappées de blanc, chaises au design rose et brun, de la tomette au sol, de l'espace judicieusement exploité. Dans cette auberge de village, l'ambiance est bon enfant et les clients arrivent tôt comme à l'accoutumée.

Auberge du Grenadier - Marckolsheim - Saumon mariné @lrds

En entrée au menu, saumon mariné au marc de gewurtz et mousse au raifort, onctueuse et légère. Le poisson est tranché épais et la vinaigrette au vinaigre balsamique parfume une salade fraîche et variée, laitue et feuilles de chênes. Un verre de pinot gris de chez Wolfberger fait l'affaire à 2,50 Euros. Auparavant en apéritif un excellent crémant rosé de chez Gustave Lorentz à 3 Euros concurrence celui de chez Wolfberger (2,70 Euros).


Auberge du Grenadier - Marckolsheim - Magret de canard @lrds


Pour poursuivre, le magret de canard, gratin dauphinois, crémeux mais pas assez gratiné, légumes - brocolis, carottes - glisse tout seul arrosé d'un rouge du Languedoc, Orénia de Philippe Nusswitz, Duché d'Uzès 2010 à 2,80 Euros le verre. Viande rosée, fondante, comme il se doit. Les autres propositions sont alléchantes: rognons de veau moutarde à l'ancienne et spaetzles, cuisses de grenouilles poêlées à la provençale, salade gourmande de l'auberge.....

Auberge du Grenadier - Marckolsheim - Daurade @lrds

Le poisson à la carte, une dorade en deux filets, grillée avec sa peau craquante, sa queue al dente est un régal: accompagnée de sauce parfumée à l'anis et légumes - fenouil en longues lamelles et un bol de riz (nature et sauvage). L'émulsion d'aneth est réussie et la fondue de légumes généreusement servie. A 15,50 Euros le plat de poisson frais c'est une belle surprise. Un verre de Gewurtztraminer de la cave d'Ingersheim allie les fragrances douces de la terre et de la mer - 3,50 Euros au verre.
En dessert pas de surprise: crème brûlée, kougelhopf glacé, coulant au chocolat tarifés entre 6 et 8 Euros.

Auberge du Grenadier - Marckolsheim - Assiette Gourmande @lrds

L'assiette gourmande du menu est décevante: sorbet aux fruits rouges, morceau d'éclair au café, part de tarte aux pommes, œuf à la neige en tranche et crème anglaise et tranches de kiwi et d'ananas... Rien ne semble fait maison et ne brille pas par la saveur. Sans parler du choix de glaces avec sauce chocolat industrielle. Faute de goût et manque d'inventivité. Erreur de tir pour l'établissement et salves pour crier gare: Aux Armes Grenadier! Il faut se ressaisir et changer son fusil d'épaule.
Une bonne table de village se doit de tenir sa renommée et l'on attend avec impatience que la nouvelle direction reprenne les rênes; ce qu'elle nous a promis - à vérifier.
Une remarque: le restaurant est en congés pour quelques jours, justement pour affiner ces détails...

Bon Appétit

Le Resto du Samedi


L'Auberge du grenadier
6 rue de l'Hotel de Ville
67390 Markolsheim
03 88 74 99 74
 

mercredi 25 juillet 2012

C'est la Fin des Carottes chez Poêle de Carottes

Décidément l'été n'est pas propice aux restaurants !

Poêle de Carotte où officiait depuis de nombreuses années Yoann Abitbol et son équipe, Marie à la pâtisserie, place des Meuniers, à la Petite France, été comme hiver, vient de fermer.
C'était un des premiers restaurants bio et végétarien de Strasbourg et on se souvient de leurs gratins roboratifs.


On se console avec leur établissement près de la Cathédrale "Bistrot et Chocolat", dont ils nous annoncent des développements ailleurs.


Et peut-être un nouveau  Poêle de Carottes ailleurs.

En tout cas, bonne continuation ... et Bel été !

Le Resto du Samedi

samedi 21 juillet 2012

Qui a vu "L'ours blanc" à Brumath?

Chez Petit Pierre à Brumath on ne plaisante pas...
On sert depuis belle lurette sans fausse pudeur ni vulgarité, des "zizi de garçons", "buewespätzle", sortes de quenelles de pommes de terre à la forme évocatrice: à tous les parfums, toutes les sauces, de toutes les couleurs. Alors osez et vous "saurez tout, tout, sur le zizi". Les "à l'ail des ours", "aux asperges" pour faire tendance saisonnière....etc.

L'Ours Blanc - Brumath @lrds

Une maison, une décoration et une carte bien alsaciennes: L’Ours Blanc vient d’Alsace !
C’est un restaurant qui respecte les traditions en proposant les incontournables rognons ou le jambonneau braisé à la bière.
A la crème, au Munster, aux escargots, au saumon, vous vous délecterez particulièrement des “Buewespäetzle” (quenelles de pommes de terre), spécialités du lieu.
A noter les soirées spéciales: Le 3ème jeudi de chaque mois soirée "Dampfnüdle" à volonté et le 1er jeudi de chaque mois soirée "Buewespätzle" à volonté avec leurs 4 sauces. Également le Rossbiff (viande de cheval marinée) ou la Salade gourmande de l’Ours font recette. Le succès ne démord pas et les clients affluent également pour le waedele braisé, les mets du temps jadis - rognons, galettes de pommes de terre - et les excellentes tartes flambées, pâte maison, levée de la veille, bien dorée et croustillantes, nappées à l'envi de lardons, crème et fromage blanc ou de traditionnel fromage gruyère ou munster.
C'est avec le sourire qu'Emilie en salle, vous conseille un bon pichet de pinot gris pour agrémenter votre dégustation, dans ce vaste restaurant peuplé d'ours blancs, bien évidemment: en stuc, en peluche, en déco bien kitsch pour décontracter une soirée conviviale et débonnaire.
Pierre Steffen, le patron, dit "Petit Pierre" vient tailler la bavette et vous raconter ses histoires de "marché". Les tarifs pratiqués sont doux, les desserts, classiques: crème brûlée, profiteroles avec sauce chocolat maison et pâte à choux craquante.
Serait-ce la maison du bonheur, en bordure de route, faite pour une halte salvatrice?
Assurément car l'heure y tourne sans qu'on s'en aperçoive et l'on quitte cette joyeuse assemblée, rassasié et heureux pour affronter le lendemain.

Bon Appétit

Le Resto du Samedi

L'Ours Blanc
171 avenue de Strasbourg
67170 BRUMATH
03 88 68 38 66
www.oursblanc-brumath.fr

mardi 17 juillet 2012

Pépé et Jojo - c'est fini au Faubourg de Pierre

C'est un resto où nous sommes passés quelquefois à midi pour le plat du jour - tendance cuisine méridionale, ambiance presque "bobo" et branchée, mais quand même carrément sympa.
Le décor de broc bien à la mode et le sourire du service, la petite terrasse sur le Faubourg National du côté du marché, la cuisine itou (du marché).
Eh ben, l’aventure s'est terminée au début juillet, la Charrette et les spécialités réunionnaises ont repris leurs aises.
Et Johanna Kaufmann, qui tenait son Blog, jenesuispasunecourge.com, le reprendra-t-elle? Ou bien la reverra-t-on dans une autre aventure.

En tout cas, bon vent et belles aventures culinaires.

Le Resto du Samedi.

samedi 14 juillet 2012

L'Homme Sauvage à Neudorf: Grande mutation - il s'est refait un costume.

Métamorphose, changement radical de décor pour le temple de la tarte flambée du dimanche soir dans le faubourg bobo du Neudorf de Strasbourg.
Le patron, Eric Flores s'est pour l'occasion transformé en designer d'intérieur et sans casser les volumes a transformé notre "homme sauvage" en gentille petite bête des bois, home sweet home cosy, branché, boiseries claires, parquets grisés, tables et nappes brunes et grises: tout un nouveau look, concept parisien qui n'enlève rien au charme discret de la maisonnée d'antan.

L'Homme Sauvage - Strasbourg-Neudorf - La Salle avec le tableau de Charly Barat @lrds

Une mutation en homme domestiqué, avec toute l'équipe fidèle à ses côtés, dont Michel, "l'homme à tout faire", à vue dans sa cuisine à l'américaine, à la cuisson des tartes flambées et parfois au service aussi.
Les tartes? Elles sont craquantes, bien cuites aux bords croustillants, pâte maison fine, nature, crème-lardons oignons délicieux, forestières, gratinées, munster... A petit prix (6,80 - 8 euros). Mais il n'y a pas que cela: ce soir là, suggestions de salades de rougets, de cuisses de canard, de confit ou de rillettes de canard et bien sûr pour les carnivores, les classiques onglets de bœuf ou entrecôtes à toutes les sauces, le veau en majesté, escalopes fines et savoureuses, sauce girolles fraîches et frites craquantes (14,50 euros)... Avec un pichet de pinot gris (5.6euros) et pour prologue un apéritif maison -kir à la liqueur de framboise à 2, 95 Euros et un crémant à 3, 90-...Salades mixtes, et toutes les spécialités locales, le waedele, les lewerknepffle  en sauce généreuse et pommes de terres rissolées au lard.

L'Homme Sauvage - Strasbourg-Neudorf - Escalope de veau aux girolles et crème @lrds

Le bonheur est dans l'assiette et le service va de l'avant, alerte et souriant, complice pour satisfaire les habitués. A la bonne franquette, ou en famille, il y a de la joie.
Côté desserts: les classiques en carte des glaces: profiteroles avec une excellente sauce chocolat maison et une pâte à choux légère et croustillante (6 euros), sorbets, chantilly débordante, Vacherin glacé et tiramisu en sus.
Du beau, du bon, pour ce nouvel "Homme sauvage", phœnix renaissant de ses cendres, au coeur du Village du Neudorf, avec sa terrasse qui fait "salle comble" et ne désemplit jamais les soirées d'été.

La campagne à la ville: encore un secret d'alcove de quartier. Ne le répétez à personne sinon notre dahut ne se montrera plus... La légende raconte qu'un homme sauvage y établit en lisière de la forêt une winstub: le secret est bien gardé et la tradition de la bonne cuisine de terroir, territoriale aussi.

Bon Appétit
Le Resto du Samedi


L'Homme Sauvage
58 A rue St Urbain
67100 Strasbourg Neudorf
03 88 34 25 24

samedi 7 juillet 2012

Metz "terrassée": L'Ardoise et autres haltes estivales

Metz, par une belle fin d'après-midi estival donne envie de terrasser. Place de Chambre, c'est l'embarras du choix, alors on ausculte les menus et cartes avec envie et l'on procède par ordre: celle d' "A Côté", de chez Maire, est dèjà pleine et réservée - dommage, les mets et le rapport qualité-prix semblent excellents  - celle de "La Cloche" prometteuse aussi nous file sous le nez..... De même pour "L'Atelier de la Cuisine" toute proche avec une cuisine originale qui met l'eau à la bouche.


L'Ardoise - Metz - Vue sur le Temple Neuf @lrds
Alors, reste l'Ardoise" qui ne paye pas de mine mais où l'accueil qui nous est réservé encourage à s'y installer sans regret. Un petit apéritif maison, "le pamplerose" à 3,70 Euros et un crémant à la mirabelle, "Kir Royal" à 6, 90 Euros pour ouvrir la soirée encore ensoleillée sur cette place vaste et animée et la lecture de la carte peut démarrer: belles salades variées, foie gras de canard maison déglacé au marc de Bourgogne en entrée, et tapas pour grignoter en attendant les plats.

L'Ardoise - Metz - Quiche Lorraine @lrds
La quiche lorraine est excellente, maison, fondante et pleine de petits lardons à la migaine (6,90 Euros).


L'Ardoise - Metz - Enrtrecôte @lrds
La souris d'agneau au boulgour, les pâtes à la carbonara, les fondues sont autant de mets classiques, revus par Stéphane Berdah, le propriétaire et chef qui œuvre aux cuisines. L'entrecôte est généreusement servie - 16, 90 Euros - à point avec frites et petits légumes, les Saint-Jacques - 13,90 Euros - sont sans grande histoire. Le vin au verre est abordable et bien servi: Gewurztraminer à 4,70 Euros, vin blanc de Loire et rouge pour la viande sont les bons choix. Marylaine, au service, assure face à la nombreuse clientèle.
La salle à manger classique avec ses belles baies vitrées qui donnent sur la Moselle et la place de la comédie, est désertée, au profit de la terrasse. La vue y est imprenable, le soleil, plein feu, prêt à se coucher sur le Temple Neuf. Quelle vue imprenable.


L'Ardoise - Metz - Crème Brûlée @lrds
Côté desserts, la tarte aux pommes, la crème brûlée, les glaces vont clore ce bon moment de tranquillité et de dégustation du temps estival avec harmonie. L'orage gronde, la pluie s'abat alors: il est temps de se rentrer et l'on passe devant la petite terrasse de "Derrière" avec la tentation d'aller voir devant, dedans, la jolie déco kitsch de ce resto branché bobo où le formica est roi.


Derrière - Metz - La salle arrière @lrds
L'escapade messine vaut le détour et l'on ira voir aussi du côté de chez  "La table de Pol", "Le Pampre d'Or", "La Popote" si la gastronomie lorraine se porte bien et ne se fait pas "terrassée" par le succès.


Bon Appétit.


Le Resto du Samedi.


L'Ardoise
45 Place de Chambre
57000 METZ
Tél.: 03 87 37 30 11/ 03 8775 42 38
www.ardoisemetz.com
restaurant.ardoise@gmail.com


dimanche 1 juillet 2012

Les restos préférés de juin: Le 1741 fait la fête en tête

Le mois de juin laisse le 1741 dans une première position bien méritée et voit l'arrivée d'un petit nouveau qui vient d’ouvrir: L'American Stuebel. Ils dépassent nos deux lauréats du palmarès de juin: La Cantine à Plume et le Coq Rico.

En effet, le Coq Rico, perd deux places et laisse la première place au 1741, qui a ouvert en mai et à l'American Stubbel qui vient d'ouvrir.
Belle surprise du palmarès de juin, la Tour Ronde à Bitche, qui mérite bien sa cinquième place pour son entrée dans la compétition et une bonne place ex-aequo pour la Boulangerie des frères Westermann dont nous avions parlé lors de son ouverture le 12 avril et encore le 23 mai
Pour cet été, nous vous conseillons toujours le Burehiesel, surtout pour sa terrasse dans le parc de L'Orangerie, et également une "outsider", pour le cadre et l'expérience unique du coucher de soleil  -s'il y en a un - c'est le Restaurant du Rocher du Dabo: sublime !


Voici les classement pour juin: 1. Le 1741 - le commentaire ici:  
http://lerestodusamedi.blogspot.fr/2012/05/1741-revolution-de-palais-pour-une.html

2. L'American Stubel avec annonce de l'ouverture ici: 
http://lerestodusamedi.blogspot.fr/2012/06/un-nouveau-resto-strasbourg-lamerican.html




Au classement général, beau parcours du 1741 qui est premier comme prévu, devant le Coq Rico... les autres continuent de très bien progresser, cependant le Gourmet à Marmoutier garde son avance, puisqu'il devance à la quatrième position l'Etoile des Neiges qui monte fort au classement général sur l'ensemble de nos chroniques - depuis le 10 septembre 2011:

1. Le 1741 - Très belle réussite depuis son ouverture.
2. Le Coq Rico à Paris, encore vainqueur toutes catégories.
3. La Cantine à Plumes à Strasbourg,  toujours troisième.
4. Le Gourmet à Marmoutier - toujours présent.
5.  L'Etoile des Neige, qui talonne le quatrième.
6. Le Bazar de Stef, toujours bien placé.
7. L'American Stuebel qui arrive dans notre classement.


Pour conclure, deux conseils, pour changer de cadre, en plus de celui du Rocher du Dabo, l'un à Paris au Nord de Montmartre, avec le Preum's dont nous venons de parler ici: http://lerestodusamedi.blogspot.fr/2012/06/le-preums-paris-la-butte-sur-le-podium.html
et la Cour de Lise, dans la jardin et avec la délicieuse cuisine de Jean-Paul Bossée et l’accueil on ne peut plus amical d'Isabelle - Jean-Paul n’étant pas avare de gentillese non plus, et le 2 octobre 2011: http://lerestodusamedi.blogspot.fr/2011/10/la-cour-de-lise-willgottheim-cote-cour.html


Nous vous souhaitons de beaux plaisirs gourmands.

Bon Appétit.

Le Resto du Samedi.